Formulaire d'Identification



Newsletters
Accueil San Francisco - Californie

San Francisco - Californie

San Francisco

Escale à San Francico - Californie - USA

Samedi 5 février

Départ matinal pour une arrivée sur San Francisco. Dès les abords, la température, très agréable, varie autour des 71°F soit 24 °C… Les mimosas sont en fleurs. Le Golden Gate orange apparaît au loin. Mais,nous empruntons l’autre pont pour arrivée dans le Centre Ville. Tout semble de bonne augure pour commencer à visiter la ville, si ce  n’était… la plus grosse bêtise que Mathilde n’ait jamais faite. Nous ignorons ce qu’il lui est passé par l’esprit, mais sans crier gare, au lieu de faire son travail d’école, elle s’est armée de son meilleur stylo et s’est mise à faire des cœurs partout sur le cuir gris clair de la Buick. Quand je dis partout c’est sur la portière, sur le siège avant, sur le siège arrière, sur l’accoudoir. Nous avons été horrifiés en constatant le désastre et encore plus dépités quand nous avons du passer l’après-midi à trouver un produit miracle « Goo Gone ». Après trois magasins, plus de trois heures après et plus de vingt kilomètres plus loin, nous avons enfin trouvé le produit miracle dans un magasin à l’enseigne Target. Mais notre quête n’a pas été récompensée et nous avons connu une grosse déception car le miracle n’a pas eu lieu. Les traces sont toujours là malgré le produit. Notre recherche de produits miracles nous a amené à travers la ville, dans le quartier japonais, dans le Chinatown où nous nous sommes octroyés notre pause déjeuner. Le Brocoli-beef  et les ailes de poulet y étaient bonnes mais l’endroit très authentique n’était pas d’une propreté irréprochable. Loin s’en faut. Tout y était écrit en chinois et accessoirement un menu en anglais, pour le cas où… D’ailleurs dans tout l’immense quartier, les écritures chinoises sont plus nombreuses que les américaines. Les photos manquent car l’épisode des sièges en cuir de la Buick nous a monopolisé l’esprit et le cœur était moins en fête pour faire des photos. Vers 20h00, nous retraversons San Francisco à travers d’énormes embouteillages en périphérie. Les rues sont vraiment en pente, certaines très abruptes ; il faut avoir confiance en ses freins. Les gens pour se garer doivent tourner les roues vers le troittoir sous peine d’amende… Les façades des maisons sont souvent colorées, de tons pastel, les rues sont très animées. Il est vrai que nous sommes samedi soir… Nous trouverons notre hôtel en plein centre ville ; apparemment, la situation géographique est parfaite. On verra demain si nous avons eu raison.

 

Dimanche 6 février

Le matin, nous reprenons la voiture pour visiter la ville et découvrir les « painted ladies », les élégantes demeures victoriennes, reflet de San Francisco avant le tremblement de terre de 1906 et son interminable incendie (3 j). Maintenant les maisons ont revêtus des couleurs pastels et les rues en ce dimanche sont moins embouteillées et Riri s’amuse en roulant à plusieurs reprises dans les rues les plus abruptes… A chaque carrefour, un stop. Et hop, ça repart pour une nouvelle descente…

Nous empruntons aujourd’hui le Golden Gate, tout orange (Chaque semaine, 2 tonnes de peinture seraient utilisées pour l’entretien du pont). Au bout du pont, a été aménagé un Vista Point et nous ne sommes pas les seuls à venir profiter de cette journée chaude et ensoleillée. Le gars de l’hôtel m’a dit que normalement le matin il fait plutôt froid et brumeux. Ah bon ?... Notre promenade sur le pont nous permet de découvrir la baie de San Francisco avec une très belle vue sur la ville, la basse et celle du Financial district avec ses buildings, dont un en forme de pyramide, et l’autre une réplique du Flat-iron de NYC. Puis au milieu de la baie, l’île où trône encore la prison d’Alcatraz qui ne sert d’ailleurs plus de prison depuis 1963… Autour, nous distinguons des lions de mer (cousins germains du phoque) qui plongent et replongent en quête de nourriture, des petites embarcations qui partent sur l’Océan Pacifique.

Nous rentrons ensuite à l’hôtel pour y garer la voiture (pas facile de se garer ici…) et trouvons dans notre quartier un pub-restaurant hyper animé, d’autant qu’ils retransmettent la finale du SuperBowl, les  Steelers de Pittsburgh contre les Packers de Green Bay ! Je préfère manger sur la terrasse dehors (pour une fois qu’on peut le faire…) et commandons des délicieux petits hamburgers à la viande fraîche, des macaronis recouverts d’une exquise croûte de parmesan et persil, et des ailes de poulets grillées divines. La bière StellaStar a enfin du goût, ce qui n’est pas le cas de la Budweiser nationale…

Voilà un bon déjeuner, à 15h30 certes, mais qui nous permet de nous lancer dans une promenade pédestre et longer le port et ses bateaux, croiser des gens normaux qui font leur balade avec la poussette. Ailleurs, dans les quartiers résidentiels, les garages sont ouverts et autour de la table, les jeunes boivent des canons, en criant, en chantant. Ils jouent même dans la rue à se lancer le ballon. Le dimanche dans ce quartier, les gens sont nombreux dans les petits pubs et créent une animation dans la rue bien sympathique qui est inexistante à NYC ou dans aucune autre grande ville que nous ayons visitée.

Lundi 7 février

Deuxième jour à San Francisco. Grasse matinée et départ vers 11h00. Nous allons vers le port et passons devant une boutique d’appareil photo. Nous y allons pour faire nettoyer notre appareil dont l’objectif est  très sale. Le vendeur tente de le nettoyer et commence à démonter deux vis. Résultat, tout l’intérieur s’effondre quand il met et ôte l’objectif de la base. Il passera bien une demi-heure à remonter le tout, en essayant d’appeler un collègue au téléphone, qui malheureusement était en congé. Finalement, il répare sa maladresse et nettoie l’appareil avec un kit. Il en profite pour nous sortir un objectif de meilleure qualité et réussit à nous le vendre pour trois cents dollars. On écourte donc la visite du port et du Financial District et partons direction le sud. Une petite halte à Target s’impose pour acheter une tondeuse pour Riri et de l’acétone pour  faire partir les écritures sur le siège en cuir de la Buick. L’acétone ne marche pas non plus. Désespoir.

Nous arrivons vers 16h00 à Carmel, une petite station balnéaire ravissante, avec des demeures magnifiques sur le bord de l’Océan. Arrivés dans le Centre ville, nous tentons de visiter l’aquarium à côté de l’ancienne sardinerie ; malheureusement, plus personne ne peut rentrer à 17h00. Nous décidons donc de marcher sur les plages de l’Océan et découvrons à sur deux cent mètres une partie de la plage envahie par de nombreux chiens de toute race et de toute taille venus s’ébattre et courir. Et assistons à un joli coucher de soleil qui me permet d’inaugurer l’objectif nouvellement acquis et réussissons des prises de vue bien meilleures qu’avant. Un vrai coucher de soleil.

Le soir, nous trouvons un hôtel un peu plus haut de gamme que la moyenne mais compte tenu de son emplacement, nous prenons la chambre aussitôt et allons dîner à pied dans un tex-mex voisin. Notre choix s’était d’abord porté sur une pizzeria mais à 20h00, ils ne prennent plus personnes, sauf à emporter. Pas très vaillants ces gens-là !

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir