Accueil Quebec

Quebec

20 novembre 2009 

Québec : Grosse déception le matin au réveil : il pleut. Pas le temps idéal pour visiter la ville. Un bavardage avec les personnes de l’accueil de l’hôtel : « ici, le soleil, on le voit mais on ne le sent pas ». Après un petit déjeuner au restaurant attenant à l’hôtel, nous chargeons la voiture et parcourons la ville en voiture. Le quartier du vieux port est petit et nous agrandissons  notre périmètre de promenade motorisée et absorbons dans notre tête les images de ces architectures. Tentons d’aller au village des Hurons, Wendake, mais le GPS nous amène dans un quartier résidentiel, loin de nos attentes et décidons par conséquent de renoncer à la visiter du village indien. 

Le soir, on trouve un motel stricto sensus à Burlington, la plus grande ville du Vermont et dont la capitale s’appelle Montpelier, mais qui est une ville beaucoup plus petite en nombre d’habitants. On gare sa voiture devant la porte doublée ; outre la chambre nous avons une petite kitchenette. Aussi partons nous faire de petites emplettes pour diner ce soir, plus sainement pensons nous. Nous allons dans un supermarché pour acheter du coca-cola, des petits apéritifs et des plats surgelés : macaronis au fromage et macaronis à la bolognaise. Pour se rappeler un peu la maison… Mais ce rêve fou ne fut jamais atteint : les pâtes au fromage baignaient dans un succédané de cheddar et celles à la sauce tomate avait encore un goût sucré indéfinissable qui rappelait en rien les pâtes faites à la maison. Belle tentative peu payante. Sans compter les compotes à la cannelle qui n’ont le goût que de la cannelle et du pain au cumin qui n’a le goût que… du cumin. Rien n’est fait dans la finesse. Il y a peut être plus la quantité que la qualité. D’ailleurs ne parle-t’on pas de rapport quantité prix au lieu de rapport qualité prix ?.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir