Météo à New York
An error occured during parsing XML data. Please try again.
Formulaire d'Identification



Newsletters
Accueil New York City 2011

New York City 2011

Carte USA - Escale New York

 

Jeudi 13 janvier

Arrivée à New York ce matin. Nous sommes passés devant la Statue de la Liberté vers 4h30. Nous étions tous les trois sur le Pont pour ne pas rater l’évènement ! On est resté ensuite au chaud à l’intérieur. Les petits déjeuners pouvaient s’échelonner de 5 h à 9h du matin. Ensuite impossible de se rendormir. Nous devons quitter la cabine vers 8h30 et nous installer au Pub du Lion au Deck 2 et attendre qu’on appelle les stickers « aqua », autrement dit « vert » vers 10h00.

Les formalités douanières ont été très rapides, aucune fouille. Un charmant douanier nous a pris les empreintes digitales de 4 doigts et une photo des yeux. Un tampon sur le passeport et bye bye !

Nous découvrons le temps dehors : il reste un peu de neige mais il fait soleil. Le taxi indien fort sympathique nous dépose ensuite chez notre hôte. A l’entrée du 40east 78th street, deux portiers pour nous accueillir et nous guider jusqu’à Barbara qui s’avère une femme d’une soixantaine d’année très serviable, gentille et discrète. Nous avons une grande chambre avec sdb, une mini kitchenette et accès à la cuisine et au salon de Barbara ainsi qu’à sa terrasse enneigée pour que Riri puisse fumer sa cigarette.

Nous décidons ensuite de nous « oxygéner »… enfin surtout de nous dérouiller et parcourons à pieds une bonne partie de Manhattan jusqu’au Rockfeller center où se tient une patinoire à glace et où de nombreux newyorkais viennent patiner, les oreillettes en fourrure vissées sur la tête.

Puis nous faisons notre petit tour chez Macy et Richard s’achète des chaussures puisque celles qu’il avait prises iront directement dans le container à ordures. Idem pour les bottes de Thithi. Elle trouver des bottes à 25$ qui outre le fait d’être confortables, clignotent par endroits quand elle marche. Exit également ses vieilles bottes de mousquetaire.

Le soir, on rentre fourbus. Il faut ressortir pour s’acheter à grignoter et ne trouvons qu’un Butterfield market, très chic, même pas bio mais où nos trois achats auraient à eux seuls pu nous payer un petit restaurant. Mais nous sommes ravis de rentrer nous reposer de notre longue journée et se mettre au chaud dans notre lit de deux mètres de large.

 

 

 

 

 

Samedi 15 janvier
Tout la petite famille est déjà réveillée à 6h00 et d’attaque pour aller visiter le musée Guggenheim, qui se trouve à quelques blocks de notre Penthouse. (appartement avec terrasse). Nous patientons dans la boutique au chaud et passons en revue tsou les livres ou gadgets vendus hors de prix. Quelques livres sont bradés à moins de $100, ils sont en langue chinoise ou russe. Bel effort commercial… L’architecture du musée Frank Lloyd Wright a créé un espace tout en rondeur, spirale, pour mettre en valeur des chefs d’œuvre de la peinture moderne mais pas de chance, plus de la moitié du musée était en travaux et nous avons eu accès qu’à deux ailes du musée. Dont l’une concernant les peintures de Kadinsky et l’autre sur les peintres européens.
Donc nous voilà partis quelques blocks plus loin au MET, Metropolitan Museum of Art où, là, contrairement au Guggenheim nous n’avons pas eu assez de temps pour tout visiter. Mais nous avons déambulé au rez-de-chaussée à travers les civilisations gréco-romaine puis égyptienne ; ensuite à l’étage, se trouvent les peintres européens et américains. Il est assez difficile d’imaginer combien est immense cette concentration de chefs-d’œuvre, passant de l’auto-portrait de Van gogh,  au bronze de la Petite danseuse de 14 ans de Degas en passant par des sculptures contemporaines telle Becca de David Smith ou un dripping (dégouliné) de Jackson Pollock. Bref un régal des yeux. Un temple nubien (Rive ouest du Nil) de l’époque romaine qui a été  pierre par pierre dans le musée, entouré d’une pièce d’eau où nous avons jeté chacun une pièce de monnaie en faisant un vœu.
Le soir, visite de la Sub-Cellar pour faire une machine à laver de linge. Dans une salle, s’aligne une dizaine de machines version 10 kg et de l’autre coûté, une dizaine de machine à sécher le linge, sur deux niveaux. Quelques coins (des quarters, 25 cents). Chaque fois que nous sommes descendues, un portier était dans l’ascenceur,  attendait que nous ayons fini et nous raccompagnait au Penthouse, level 1.
Deux des portiers étaient d’origine albanaise et l’un d’eux avait gagné il y 9 ans sa green card. Il a vendu son magasin en Albanie et a gardé deux pieds-à-terre pour ses vieux jours et a appris l’anglais sur le tas. Au sous-sol, il y avait également une salle de sport pour les habitants de l’immeuble mais qui ne semblait pas être souvent fréquentée…

 

 

 

 

Dimanche 16 janvier

 

Le matin, après un petit déjeuner aux céréales et aux délicieuses brioches à la farine de pomme de terre (et oui, nos achats impulsifs nous ont poussé à goûter à ces buns qui sont entre le sucré et le salé mais pour notre goût français s’approche bien d’une douceur. Il ne manque que le Nutella… Nous sortons pour aller chercher la voiture de location et déambulons devant des boutiques en solde. Mais fermées puisque nous sommes dimanche. Quelques magasins sont ouverts malgré tout. Nous en profitons pour acheter un chargeur de batterie pour l’appareil photo Canon, qui était déjà bien capricieux avant de partir et qui nous lâché aujourd’hui. Le vendeur, soi­-disant italien  malgré son accent un peu « coucous » nous parle dans un français parfait et nous vend son appareil 49€, même si le prix affiché est 89€. Pour ce chargeur en plastique léger, c’est un peu « overpriced »… Nous nous dirigeons vers le garage Alama, le même style que celui de NYC l’autre année. Même architecture, même politesse, même accueil … de porte de prison ! Au même titre que passer par BSP auto par internet nous permet de parvenir à louer une voiture à des coûts moins chers que si nous passions directement par des loueurs nationaux. Le revers de la médaille c’est que nous contractons avec Alamo et une fois de plus, l’employée est vraiment désagréable, ne souhaitant que de nous « fourguer » une voiture  de catégorie supérieure, plus sûre, avec moins de kilomètres, ou une assurance que nous avons déjà contractée a priori avec BSPAuto… On ressort agacés pensant qu’on allait nous amener une casserole. Au final la voiture qu’on nous amène s’avère être en adéquation avec nos besoins : une Buick Lucerne noire, intérieur cuir gris clair, sièges chauffants, volant chauffant et d’autres accessoires qui donneront de toute évidence un excellent confort pendant notre voyage. Finalement, seulement 1881 kms au compteur… Ensuite nous rentrons et nous garons royalement au 40east78th street. Les portiers nous signalent quand même que nous nous sommes garés devant une borne incendie et courrons le risque d’une amende à 150 $. Donc Riri rerentre dans la voiture et met si longtemps à trouver une place que Mathilde commence à s’inquiéter et à pleurer. Ensuite on déjeune à côté dans un Deli où pour 70 $ on mange à encore pire que dans un macdonald. Richard et Mathilde demandent deux plats différents ; néanmoins, à l’arrivée dans les assiettes des steaks mais invariablement  hachés et dans des buns ronds briochés. Ma truite aux amandes avait peu de goût et était sèche. Pas très encourageant pour une découverte de saveurs dans le pays de la grande Pomme.

Arrivée sur New York 

 

 

Musée MET et Guggenhein New York 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir